25 Mars 2016 - Autour du clivage langue parlée / langue écrite du latin au français.

25 Mars 2016 - Autour du clivage langue parlée / langue écrite du latin au français.

Autour du clivage langue parlée / langue écrite du latin au français.

Intervenants

  • Colette Bodelot (U. Blaise-Pascal Clermont 2 – LRL)
  • Paul Cappeau (U. de Poitiers – FoReLL)
  • Anne Carlier (U. de Lille3 – STL)
  • Bernard Combettes (U. de Nancy 2 – ATILF)
  • Françoise Gadet (U. de Paris Ouest Nanterre la Défense – MoDyCo)
  • Céline Guillot–Barbance (ENS Lyon – ICAR)
  • Catherine Schnedecker (U. de Strasbourg – LiLPa)
  • C. Wionet (U. d’Avignon – HEMOC)

Descriptif

La journée d’étude qui réunira des spécialistes de la langue et plus spécifiquement de la langue orale a pour objectif d’échanger sur le statut de l’oral dans l’histoire de la langue française. Nous étudierons la place que l’oral a occupée et le rôle qu’il a joué dans la naissance et dans l’évolution de la langue française.

Nous tâcherons dans un premier temps de définir, en matière d’oralité, la place particulière que le latin dit « langue morte » occupe par rapport aux langues vivantes (Koch, 1998). La notion de latinitas, qui fera progressivement son apparition dans les Artes ou traités de grammaire latine, privilégiera, au sens mélioratif du terme, l’urbanitas ou l’usage normativement correct de la langue au détriment de la rusticitas ou de l’usage vulgaire. Or cette variante vulgaire « peu correcte » constitue le diasystème du latin parlé (Banniard 2001) qui s’inscrit dans le continuum latinophone (Banniard 2012). Le fossé entre les deux types de sermones continuant cependant à se creuser, on aboutira à une situation de diglossie qui va donner naissance aux langues romanes, dont l’ancien français sous sa première forme. On peut dire que le français naît quand l’écart entre le latin cultivé et le latin « vulgaire », parlé par l’homme de la rue, est officiellement reconnu.

La langue orale est donc au centre d’un débat ancien qui entraîne une comparaison assez systématique avec la langue écrite. Ce débat lié aux origines de la langue doit questionner aussi la manière dont les observateurs et les premiers grammairiens, dans une perspective d’unification, ont abordé la langue. Le clivage progressivement installé entre l’oral et l’écrit a conduit plus tard à se poser des questions relatives à l’âge du français parlé, à l’âge des fautes, à la conception du correct et de l’incorrect dans l’histoire du français (Hausmann, 1992 ; Koch et Oesterreicher, 2001 ; Lodge, 1993). Pour toutes ces questions sensibles et difficiles, il faut être prudent et sérieux sur les paramètres retenus et les angles d’observation (Blanche-Benveniste, 1995).

Pour réfléchir ensemble sur les termes de ce rapport compliqué entre l’oral et l’écrit, nous souhaitons :

  • 1) Préciser selon quels modes, dans le passage du latin au français, un clivage s’est installé entre langue orale et langue écrite.
  • 2) Voir avec une approche diachronique le rapport qu’ont entretenu l’écrit et l’oral en français, dans les usages et dans les travaux de normalisation.
  • 3) Comprendre la place que l’oral occupe à l’heure actuelle dans la description du français parlé.

Cette journée d’étude sera l’occasion d’aborder la question de l’oral selon plusieurs points de vue.

Le travail entamé à cette occasion a pour objectif d’unifier les forces pour proposer un ouvrage de synthèse.

Programme

Salle Pierre Estienne (Salle des actes) - 1er étage- site Gergovia

8h 45 Accueil des participants
9h-9h30 Mylène Blasco Présentation de la journée
9h30-10h Colette Bodelot Latin parlé / latin écrit : de la symbiose à la diglossie
10h-10h30 Bernard Combettes La place de l’opposition langue parlée / langue écrite dans les débuts de la linguistique historique en France
10h30-11h C. Guillot-Barbance, S. Heiden, A. Lavrentiev & B. Pincemin Représentation de l’oral en français médiéval et genres textuels
11h-11h30 Anne Carlier Les démonstratifs dans les textes représentant l’oralité en latin tardif : configuration énonciative et passage du système ternaire au système binaire
11h30-12h Chantal Wionet Le clivage chez les Remarqueurs du 17e siècle"
12h15-14h30 repas
14h45-15h15 Françoise Gadet L’oralité ordinaire donnée à voir par la mise à l’écrit : à propos du corpus MPF
15h15-15h45 Paul Cappeau et Catherine Schnedecker Les noms d’humains généraux changent-ils entre l’oral et l’écrit ? L’exemple de mec(s) et gars
15h45-16h30 Conclusions et prolongements

A télécharger

En images...