Séminaire "Les altérations volontaires aboutissent-elles au défigement des unités phraséologiques ?" (21/11/2013)

Séminaire "Les altérations volontaires aboutissent-elles au défigement des unités phraséologiques ?"

Conférencier : Jana BRNAKOVA, Université d’Ostrava (Rép. tchèque)

Date : jeudi 21 novembre 2013, 17h30-18h30, Gergovia, salle 428B

Résumé : Le processus de figement/fixité débarrasse une unité discursive de son statut d’une formation composée de mots isolés et lui attribue les propriétés d’une séquence non compositionnelle. Étant de deux sortes (formel et sémantique), le figement est, d’après certains, un phénomène scalaire qui va progressant des collocations (le semi-figement) aux énoncés phrastiques (proverbes, dictons) qui attestent un figement complet. Étant donné que le processus du figement est un phénomène à dimension diachronique, les unités phraséologiques peuvent accuser certains aspects historiques qui sont aptes à des transformations d’actualisation du type syntagmatique, paradigmatique ou modal. Les proverbes ne sont pas non plus exclus de ces variations forgées par les locuteurs ordinaires suite à ce que certains appellent un moule préétabli (J.-C.Anscombre 2008). En nous référant aux données recueillies auprès des locuteurs natifs, nous nous permett ons de constater que les altérations volontaires des proverbes sont couramment répandues tout en étant reconnues comme variétés populaires qui ne constituent pas des infractions à l’idiomacité de la charge sémantique des proverbes originaires. Dans l’optique des résultats obtenus, nous pouvons délimiter le proverbe en accord avec Frath et Gledhill (Frath, Gledhill 2005) en tant qu’« une entité référentielle dont la géométrie est variable ».