Indéfinis et pluralité (02/2015)

Conférencier : Emmanuel DUPRAZ (Professeur à l’Université Libre de Bruxelles)

Date et lieu : lundi 23 février 2015, 17h30, Gergovia, salle 429A

Résumé : La catégorie morphologique du pluriel correspond prototypiquement à une pluralité de référents. Son application aux indéfinis pose des difficultés. Ces termes grammaticaux sont employés pour renvoyer à la non-identifiabilité de leur référent, premier facteur de difficulté pour leur assigner un nombre de référents. Plus précisément, l’opération qu’ils effectuent peut indiquer que le nombre de référents est nul (négations) ou pluriel ("plusieurs, chacun", etc.) ou non nul ("quelqu’un", etc.), toujours sur fond de parcours d’un ensemble pluriel. La pluralité de référents intervient donc à plusieurs moments dans leur interprétation. En outre, les indéfinis peuvent s’employer pour le monde effectif ou au contraire pour des mondes possibles, voire contrefactuels, où la notion de référence ne saurait s’appliquer comme dans le monde effectif. La sémantique des indéfinis implique donc une relation avec la notion de pluralité et avec celle de référence qui est plus complexe que pour les noms communs par exemple. Selon les langues, la morphologie qui est adoptée pour leur nombre est variable. Nous souhaitons examiner comment le nombre pluriel comme catégorie morphologique peut être appliqué aux indéfinis, en donnant des exemples empruntés à plusieurs langues d’Europe.